Selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié par l’Institut de veille sanitaire (InVS) 1 682 intoxications au monoxyde de carbone (CO) ont été déclarées en France en 2006 au dispositif national de surveillance.

Près des trois quarts de ces intoxications (74,3%) ont été d’origine accidentelle, principalement dans l’habitat, 22,3% ont été associées à  un incendie et seulement 2,2% à  un acte volontaire.

Les 1,2% restant sont de cause indéterminée. Le rapport précise que plus des trois quarts des intoxications déclarées se sont produites pendant la période de chauffe, de janvier à  mars et d’octobre à  décembre.