Les petites annonces immobilières comporteront progressivement une signalétique permettant d’évaluer le coût en énergie d’un logement avant de l’acheter ou de le louer.

Les dépenses pour chauffer un logement seront désormais prévisibles avant d’emménager! Jean-Louis Borloo, le ministre de l’Ecologie, de l’Energie et du Développement durable a signé aujourd’hui avec les professionnels de l’immobilier une convention visant à améliorer l’information sur la performance énergétique d’un bien immobilier. Sous la forme d’une échelle décroissante de performance chiffrée et colorée, le futur propriétaire ou locataire saura si son logement est économe ou énergivore et il connaîtra aussi les conséquences de sa consommation en énergie sur l’environnement, grâce à une indication des émissions de CO2. Concrètement, une étiquette A+++ indique un logement très économe en énergie, tandis qu’une étiquette G attire l’attention sur un logement très coûteux en énergie et dont les émissions en CO2 sont élevées.

Obligatoire depuis le 1er novembre 2006 pour la vente d’un logement, le coût d’un DPE (diagnostic de performance énergétique) varie de 100 à 250 euros selon la nature du bien immobilier. Plusieurs réseaux d’agences immobilières s’engagent à mentionner cette signalétique (de A à G) dans le texte de l’annonce parmi lesquels les réseaux Era, Orpi ou Century 21, ainsi que des sites d’annonces en ligne comme explorimmo.com, seloger.com ou avendrealouer.fr. Nous allons donc mettre dès maintenant tous les moyens techniques en œuvre pour que chaque annonce en ligne s’accompagne d’un diagnostic de performance énergétique déclare Patrice de Beaufond, directeur d’explorimmo.com (Groupe Le Figaro). Les signataires de la convention se sont engagés pour la mise en place des étiquettes énergétiques dans 10 % des annonces immobilières en 2008, 25 % en 2009, 50 % en 2010, 75 % en 2011 et 90 % en 2012. Un premier bilan est prévu pour juin 2009.

Gare à la décote de votre bien

Vu l’augmentation du coût de l’énergie, la qualité énergétique d’un logement va devenir un élément qui influencera le prix des transactions immobilières et incitera les propriétaires à investir dans les énergies renouvelables et l’isolation de leur logement. Si vous êtes acquéreur, les économies potentielles sur 2 à 20 ans vous permettront de définir le budget optimum pour vos travaux (exemple : 1 200 euros par an d’économie énergétique permettent de financer 10.000 euros à 20 000 euros de travaux (suivant la durée et le taux du prêt, les aides et les déductions fiscales).

Les factures énergétiques étant étroitement liées au mode de vie des occupants, elles ne permettent pas la comparaison objective de la performance énergétique des biens immobiliers. Il devient nécessaire d’évaluer les travaux d’isolation et d’équipements de la maison, dès la mise en vente, pour obtenir un juste prix dans le cadre de la performance énergétique du bien immobilier. Si vous êtes bailleurs, sachez que l’augmentation du coût énergétique entraînera, à défaut de travaux d’amélioration, une baisse du rendement locatif et une décote à la revente du logement.